3 questions à Stéphane Troussel, Président du Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis

© Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis

Vous avez créé un Atelier des villes avec l’ensemble des communes du 93 et le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques. Pouvez-vous nous expliquer son objectif et son fonctionnement ?
Le Département a lancé en juin dernier « la Fabrique des Jeux » pour avoir un cadre d’échange et de construction de projets partagés autour des JOP avec tous les acteurs de Seine-Saint-Denis. Plusieurs ateliers de cette « Fabrique » ont été lancés (entreprises, acteurs de l’ESS, mouvement sportif…) et d’autres le seront prochainement. Avec Olivier Klein, Maire de Clichy-sous-Bois, nous avons trouvé pertinent, pour mobiliser l’ensemble des villes et le plus grand nombre possible d’habitants, de lancer un « atelier des Villes » qui réunisse toutes les communes et territoires de Seine-Saint-Denis qui souhaitent échanger. La 1è réunion s’est tenue le 31 janvier, en présence de Tony Estanguet et son équipe. Les élus se réuniront de manière régulière afin de partager l’information, mais aussi de faire en sorte que les JOP à venir en Seine-Saint-Denis soient les plus inclusifs possibles et permette au territoire et à ses habitants d’en tirer le plus grand bénéfice en terme d’emploi, de développement de la pratique sportive, de retombées sociales ou culturelles… 

En 2023, un centre dédié au handisport verra le jour à Bobigny. Quelle ambition porte la Seine-Saint-Denis dans sa politique d’Héritage liée aux Jeux ?

Le Département considère qu’il doit saisir toutes les opportunités des JOP pour accélérer, innover et faire aller plus loin ses politiques publiques au service des habitants dans de nombreux domaines et notamment en matière d’inclusion. En tant que collectivité en charge des solidarités et dans le domaine du handicap, il a depuis plusieurs années identifié qu’il y avait l’opportunité de développer à Bobigny, dans un environnement très favorable, un pôle de pratique, de recherche, d’accompagnement et d’innovation autour du sport pour les personnes en situation de handicap. Le projet PRISME, lancé le 7 février officiellement, sera un projet concret important de l’héritage paralympique des JOP de 2024.
Comment la Seine-Saint-Denis peut inclure les acteurs ESS et entrepreneurs sociaux dans l’organisation des Jeux ?
Les acteurs de l’ESS en Seine-Saint-Denis sont mobilisés depuis longtemps autour de ce projet. Un 1er jalon avait été posé dans le cadre d’une convention de coopération entre la Seine-Saint-Denis et la Ville de Paris, marquant le souhait de les inclure pleinement dans le projet et de les faire bénéficier de ses opportunités que cela soit dans l’accès aux marchés que de mobilisation de leurs publics. Cette mobilisation a permis d’inscrire des objectifs forts dans une charte de la SOLIDEO dans sa relation avec les maitres d’ouvrage des JOP quand à l’accès de ces réseaux et de ces acteurs, dans une logique que le COJO a également embrassé et concrétisé avec l’ensemble des acteurs dans le cadre d’ESS 2024-La Plateforme. En Seine-Saint-Denis, le Département accompagne également la mobilisation de ces acteurs grâce à la démarche de la Fabrique des Jeux et du In Seine-Saint-Denis.
Partager cet article

Newsletter

  • Pour pouvoir recevoir toute l'actualité et les offres de La Plateforme Solidaire Paris 2024, nous avons besoin de votre consentement !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.