#ESS 2024 – Conférence avec les organisateurs des Jeux de Rio 2016

© Les Canaux

 

ESS 2024 – La Plateforme Solidaire a organisé, ce vendredi 14 juin, aux Canaux, une séance de travail autours des décideurs de l’organisation des Jeux de Rio 2016 et de Paris 2024. Pour cette 2ème édition du FOCUS, (un premier FOCUS sur London 2012 avait été organisé en novembre 2018), l’accent a été porté sur la mise en place d’une politique d’achat durable et son impact socio-économique.

Isabelle Sery, Responsable de la stratégie insertion et emploi à la SOLIDEO, et Olivier Debargue, Directeur des achats chez Paris 2024, ont ouvert la séance en rappelant les défis et les ambitions des Jeux. Les organisateurs de Paris 2024 souhaitent réaliser des chantiers et des achats responsables. Pour ce faire, ils envisagent d’engager le secteur de l’économie sociale et solidaire, et de s’en rapprocher, notamment via la collaboration avec la plateforme ESS2024.

© Les Canaux

Christophe Divi, directeur de ESS2024, a saisi l’opportunité pour rappeler la mission de la plateforme : favoriser l’accès des entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire et des entrepreneurs sociaux aux marchés liés à l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. Yoan Noguier, directeur du Yunus Sport Hub, la structure qui pilote le volet international de la plateforme, a encouragé les organisateurs des jeux de Paris à s’inspirer des bonnes pratiques observées à l’étranger pour créer les conditions de leur réplication en France avant de laisser la parole aux organisateurs des Jeux de Rio.

João Saravia, ancien Directeur des achats, et Fernanda Lima, Chargée de mission achats durables au sein du département Développement Durable pour les Jeux de Rio 2016, sont revenus sur leur expérience dans la mise en place de la stratégie d’achat de Rio 2016.

Lorsqu’il s’agit de réaliser les achats des Jeux Olympiques, João Saravia a insisté sur l’importance de l’anticipation.  Anticiper, d’une part pour préparer les marchés. Les Jeux de Rio ont représenté l’organisation de plus 60 championnats du monde. Face à l’ampleur de l’événement, il était primordial de communiquer en amont sur les besoins et les exigences afin que les entreprises aient les capacités de répondre aux appels d’offres au moment venu. D’autant plus que les organisateurs de RIO 2016 avaient la volonté de collaborer au maximum avec les structures locales, qui jusqu’alors, n’avaient pas eu l’opportunité de participer à un évènement d’une telle ampleur.

Anticiper d’autre part pour développer une politique des achats durables et préparer l’héritage de Rio 2016. Les achats ont constitué une face importante de la planification et de la réalisation avant, pendant et après les Jeux. Les organisateurs ont vu dans ce défi, l’opportunité de favoriser un impact positif sur la planète et les habitants. En travaillant bien en amont, ils ont intégré des exigences de durabilité dans une sélection d’appels d’offres clés.

© Les Canaux

João Saravia a également souligné la nécessité d’une définition méthodique des exigences de durabilité pour réaliser des appels d’offres durables. Les organisateurs de Rio 2016 ont misé sur la création et la publication de solides guides concernant la chaîne d’approvisionnement durable et un plan de gestion de la durabilité. L’établissement de ces exigences ont orienté l’ensemble des achats des Jeux.

La séance de travail s’est terminée par une présentation de Fernanda Lima au sujet du programme Sebrae no Podio, réalisé en partenariat avec la Sebrae de l’Etat de Rio, l’agence brésilienne chargée de développer les petites et moyennes entreprises sur le marché local (équivalent brésilien de la CPME). Ce programme proposait un sourcing et un accompagnement des petites et moyennes entreprises locales afin de les préparer aux appels d’offres des Jeux, permettant ainsi de favoriser, de manière soutenable, les chaînes productives nationales.

 


Zoom sur l’achat du bois

Rio 2016 a fait le choix d’acheter du bois contribuant à la gestion durable des forêts en optant pour l’utilisation de produits certifiés FSC. Cette démarche a permis d’utiliser les Jeux pour donner une impulsion à la demande. Résultat, les marchés locaux des produits en bois certifiés FSC se sont développés. A titre indicatif, en 2016, près de 190 entreprises locales proposaient du bois FSC, contre la moitié en 2013.

Partager cet article

Newsletter

  • Pour pouvoir recevoir toute l'actualité et les offres de La Plateforme Solidaire Paris 2024, nous avons besoin de votre consentement !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.