#ESS 2024 – Découvrez la joint-venture sociale tripartite entre PAPREC, Fastroad et Le Petit Plus

Image

© Les Canaux

Le 4 décembre dernier, ESS 2024 animait, en partenariat avec l’UNEA, un petit déjeuner Feedback sur les coopérations impliquant des acteurs ESS. A cette occasion, les entreprises Paprec, Fastroad et Le Petit Plus* ont présenté la joint-venture sociale qu’ils ont créée.

Comprendre la collaboration entre PAPREC, Fastroad et Le Petit Plus

Une JVS, c’est quoi ? Une joint-venture sociale est une structure à finalité d’inclusion sociale créée par des associés aux modèles et compétences complémentaires. Son modèle économique doit être rentable. Une JVS consiste en général à la création ou à la reprise d’une entreprise.

Pourquoi, comment ? L’entreprise adaptée Le Petit Plus a connu une croissance rythmée de 2009 à 2013 avant la faillite de son plus gros client. Trop petits pour digérer les pertes économiques engendrées, Mathieu Boullenger, alors directeur, a dû commencer à chercher de potentiels repreneurs.

Après plusieurs discussions avec différentes entreprises (autres entreprises adaptées, PME concurrentes, groupes industriels…), c’est finalement la proposition de PAPREC qui l’a convaincu.

Partenaires historiques, Fastroad et PAPREC étaient déjà en discussion pour créer une JVS : l’arrivée à ce moment-là de la possibilité de reprise du Petit Plus a rassemblé les trois entreprises autour d’un même projet gagnant pour les trois parties.

Les trois conditions nécessaires pour arriver à un accord entre les trois entreprises :

  • Sur les statuts : les parties prenantes ont conclu un pacte d’associés, l’idée étant de réinvestir les bénéfices dans le développement de la structure (proche agrément ESUS)
  • Mathieu Boullenger devait conserver un rôle important dans le cadre de ce projet
  • Définition d’un projet social clair : sauvegarde des 67 emplois du Petit Plus, respect de la culture d’entreprise du Petit Plus et des aménagements des postes de travail de ses employés…

Ce que chaque entreprise a gagné dans cette JVS :

PAPREC :

  • Développement de son activité
  • Acculturation à l’ESS et développement d’un volet inclusion
  • Réponse à un besoin client

Fastroad :

  • Nouvelles opportunités business
  • Investissement dans le développement de sa flotte de véhicules (=> changement d’échelle)
  • Mutualisation et optimisation des coûts de transports pour les clients

Le Petit Plus :

  • Entreprise pérennisée
  • Emplois sauvegardés
  • Possibilité de répondre à des appels d’offres / opportunités business plus importantes
  • Accès aux services et outils du Groupe PAPREC et de Fastroad

« Le développement économique est vecteur de sourcing et opportunités de création d’emplois dans l’insertion » – Mathieu Boullenger

Et après ?

Grâce à cette JVS, Le Petit Plus vise à doubler son chiffre d’affaires dans les deux ans qui viennent. Même si l’objectif n’est pas de faire exploser le chiffre d’affaires mais d’investir dans de nouveaux projets (ex : changer la flotte de camions, créer un projet pédagogique pour les écoles…). « Nous sommes dans une logique de développement »Mathieu Boullenger

Les clés d’une collaboration réussie : s’accorder sur des principes de base, réciprocité du partenariat, des acteurs qui se connaissaient déjà, un suivi exigeant et régulier des parties prenantes (ex : comité de pilotage toutes les 2 semaines au début du projet), un calendrier favorable.

Le rôle du réseau UNEA dans cette JVS ?

« Nous étions au courant et nous suivions les discussions. Notre rôle d’association, quand un de nos adhérents se retrouve dans une situation compliquée est d’activer le réseau et de se mobiliser pour proposer une solution et pérenniser les emplois existants. » – Sylvain Couthier

Le + de PAPREC : A chaque acquisition d’une nouvelle entreprise, le groupe respecte la culture de l’entreprise, essaie de sauvegarder les emplois, adapte les outils et modes de fonctionnement selon les besoins des structures. Cette méthode semble fonctionner puisque PAPREC affiche 30% de croissance par an.

« C’est ce que j’apprécie dans ce projet avec Fastroad et PAPREC : PAPREC réalise un travail pour apprendre à travailler avec le secteur de l’ESS ». – Mathieu Boullenger

 

Quelles opportunités des Jeux Olympiques et Paralympiques pour les entreprises adaptées ?

Les atouts de ces structures :

  • Le secteur adapté va être mobilisé d’abord pour respecter la charte sociale de la SOLIDEO (1 million d’heures en insertion prévues).
  • L’intégration de travailleurs en situation de handicap fait partie des piliers de la stratégie durables des achats de Paris 2024.
  • Les EA sont présentes dans tous les secteurs d’activité.
  • Les EA sur le créneau des métiers de 1ère qualification sollicités par les Jeux de 2024 : BTP, construction, nettoyage, logistique etc.
  • La réforme du Ministère du Travail de 2020 accompagne le développement du secteur adapté.
  • Un PIC (Plan Investissement Compétences) AGEFIPH pour former des personnes éloignées de l’emploi en l’occurrence des personnes en situation de handicap. Pour les EA c’est la possibilité de former des travailleurs sur des métiers en tension.

Les enjeux :

  • Ne pas se contenter des métiers de première qualification. Les EA ont aussi un enjeu de formation sur des métiers qualifiés et sur les nouveaux métiers du numérique, des services à la personne, de l’économie circulaire…
  • Atteindre l’objectif fixé par l’Etat de doubler le nombre de mise à l’emploi de personnes en situation de handicap. Cela nécessite une évolution du modèle des EA qui vont aller vers davantage de formation et d’accompagnement des travailleurs afin de les amener vers l’entreprise classique (alors que les EA ne visaient pas forcément cet objectif pour leurs salariés auparavant). Ce nouveau modèle se traduit par un nouveau type de contrat : le CDD Tremplin et la création d’Entreprises Adaptées de Travail Temporaire.

Cette évolution du modèle des EA en vue de leur développement et de leur changement d’échelle (28 millions d’euros alloués par l’Etat) se superpose correctement aux Jeux de Paris 2024, cet événement constituant de nouveaux débouchés potentiels.

Pour aller plus loin :

> Comprendre la réforme du secteur des entreprises adaptées : objectif 40 000 emplois supplémentaires dans les EA d’ici 2022

> L’inclusive Tour pour promouvoir les nouveaux objectifs des EA

« Quand les opportunités d’emplois des Jeux de Paris 2024 vont se concrétiser, les EA devront être prêtes dans leur stratégie de développement pour aller chercher ces opportunités, soit seules, soit en se groupant, en réfléchissant par filière aussi, notamment celle de l’économie circulaire »Christophe Divi, Directeur ESS 2024

 


 

*PAPREC – Né en 1995, le Groupe PAPREC est le 1er acteur du recyclage en France et le troisième acteur français du traitement des déchets. Le Groupe est présent sur l’ensemble des filières existantes.  Il compte aujourd’hui 8000 collaborateurs répartis sur plus de 200 sites en France et en Suisse. Son chiffre d’affaires atteint 1,5 milliard d’euros.

Le Petit Plus -Spécialiste du recyclage, le Petit Plus est une entreprise adaptée qui existe depuis 2009 et accueille 60 travailleurs en situation de handicap. Elle a récemment rejoint le Groupe PAPREC dans le cadre de la joint-venture sociale créée avec Fastroad.

Fastroad – Créée en février 2010 par 3 co-fondateurs issus du monde du transport, touchés par le handicap, Fastroad est la première Entreprise Adaptée (EA) dans le domaine du transport en France. L’entreprise propose du transport de marchandises et du transport de personnes.

L’UNEA – L’Union nationale des entreprises adaptées fédère les entreprises adaptées de France. Le rôle de cette tête de réseau est de défendre le modèle adapté notamment auprès des pouvoirs publics, de le faire connaitre et de participer au développement du secteur.  Il existe 850 EA sur l’ensemble du territoire français.

 

Partager cet article

Newsletter

  • Pour pouvoir recevoir toute l'actualité et les offres de La Plateforme Solidaire Paris 2024, nous avons besoin de votre consentement !
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.